Dates et objectifs, publications et personnes et bien plus encore ...

l'histoire

L'Association des Bibliophiles Anversois a été fondée en 1877.
L'initiateur était Max Rooses (1839-1914), conservateur du Musée Plantin-Moretus récemment ouvert à Anvers.
Le premier président était l'homme politique et important collectionneur Gustave van Havre (1817-1892).

Dans le volume 56 de “De Gulden Passer” (1978), un article a paru à l’occasion du centenaire de l’Association des bibliophiles anversois.
Il a été rédigé par Léon Voet, secrétaire éditorial de l’association et conservateur du musée Plantin-Moretus.
Ci-dessous un fragment important, l’original peut être consulté sur le site du DBNL :

'Vereeniging der Antwerpsche bibliophielen' cent ans 1877-1977 par Dr. L. Voet, rédacteur-en-chef

Le premier conservateur de la maison Plantin, Max Rooses, était un homme relativement jeune de 37 ans lorsqu’il fut nommé en 1876. A sa mort le 15 juillet 1914, il avait réussi à écrire des ouvrages standard sur Plantin et les Moretus, Rubens, Van Dyck et Jordaens, qui après toutes ces années et malgré les bibliothèques pleines qui avaient été écrites sur ces personnages depuis lors, n’ont pas perdu leur pertinance. Rooses a également joué un rôle très important dans le mouvement flamand et dans la vie politique de sa ville mère. Il a créé le Musée Plantin-Moretus et en a fait un centre scientifique de renommée internationale. Et alors qu’il était encore occupé à mettre de l’ordre dans la maison Plantin et à éditer le premier guide du catalogue du musée (un monument de l’érudition, comme tout ce que Rooses a fait), il élaborait déjà un autre plan ambitieux. Ceci en collaboration avec son collègue, Pieter Génard, l’archiviste de la ville d’Anvers.

vab,vereniging,antwerpen,antwerpse,vlaanderen,vlaamse,belgië,belgische,bibliofielen,boeken,boekgeschiedenis,boekwetenschap,boekverzamelaars,boekverzamelingen,verzamelaars,boekwetenschappers,boekhandelaars,uitgevers,passie,gedrukte,handgeschreven,bibliofilie,club,societeit,collecties,collectionneurs,manuscripten,tijdschriften,prenten,etsen,gravures,kranten,strips,BD,doodsprentjes,bidprentjes,postkaarten,affiches,drukplaten,bedevaartvaantjes,menu’s,verjaardagskaarten,tekeningen,brieven,kaarten,bierviltjes,computermanuals,drukpersen,lettertypes
Leon Voet (source: DGP jg 61-63)

Le 23 novembre 1877, une réunion a eu lieu dans la maison du libraire Pieter Kockx sur le Oude Koornmarkt, en présence d’un certain nombre d’éminents amateurs de livres anversois. Outre Rooses, Génard et l’hôte étaient présents le chevalier Gustaaf van Havre, le chevalier Leo de Burbure, le colonel Henry Wauwermans, Alfons de Decker, Filips Rombouts, Antoine van Bellingen, Dr. Lodewijk Delgeur et Alfons Goovaerts. Rooses et Génard leur ont présenté un projet de création d’une association de bibliophiles. La réunion a commencé à 14 heures. et terminé à 15 h – et au cours de cette heure, la décision de principe fut prise et un président provisoire, chevalier van Havre, et un secrétaire provisoire, Goovaerts, furent nommés.

Les messieurs n’ont pas perdu de temps. La deuxième réunion a eu lieu à peine une semaine plus tard, le 30 novembre, et lors de cette réunion un règlement, rédigé par Wauwermans, Rooses et Génard, pouvait déjà être discuté et approuvé article après article. La «Maatschappij der Antwerpsche Bibliophilen» est née.

La société serait composée de membres honoraires, travaillant, échangeant des lettres et rejoignant des membres. Le nombre de membres d’honneur est illimité, mais reste en pratique très modeste. L’un des tout premiers était Hendrik Conscience. Le nombre de membres actifs est fixé à 50, les vingt premiers (quorum déjà atteint lors de la réunion du 7 décembre 1877) étant considérés comme membres fondateurs. Ces membres actifs devaient payer 20 francs par an, pour lesquels ils recevaient les frais de la société et étaient également autorisés à faire entendre leur voix lors de l’assemblée générale, où le conseil était élu et la gestion financière vérifiée. Les adhérents, nombre illimité, devaient également payer 20 francs et pouvaient cependant assister aux assemblées générales sans être autorisés à intervenir. Enfin, les membres échangeant des lettres, également fixés à 50, avaient été déchargés de leurs obligations financières, mais n’ont donc pas reçu les frais de la Société. S’ils souhaitaient l’obtenir, ils devaient également s’inscrire en tant que membre adhérent (et bien sûr payer la cotisation associée de 20 francs).

Lors de la réunion du 14 décembre 1877, le conseil général est élu et il est également décidé de demander au conseil municipal d’être autorisé à établir le siège de la société au Musée Plantin-Moretus. Une demande qui a été rapidement accordée et depuis lors à nos jours l’association a une place dans la vie de l’ancienne maison Plantin. Il a également été avancé que le conseil municipal et le gouvernement seraient sollicités pour des subventions – une autre constante dans l’histoire de la société, bien qu’avec des degrés de succès variables. Le feu vert était donné …

Rooses et Génard avaient rendu la création de l’association possible. Maintenant que l’enfant pouvait commencer à marcher, ils se retiraient modestement à l’arrière-plan, laissant à d’autres les fonctions de président, de secrétaire, de trésorier, etc., en se contentant du rôle modeste de membre du conseil.

Dans le rapport de la toute première réunion, les objectifs de la nouvelle société ont été brièvement et succinctement énoncés, tels qu’ils ont été formulés à l’audience par Rooses. Ils ont été intégrés plus en détail dans la réglementation: a) La publication d’ouvrages et de chartes non imprimés, relatifs à l’histoire nationale et en particulier à l’histoire d’Anvers, ainsi qu’à celle de la littérature, des arts et des sciences; b) Réimpressions de livres importants et rares.

La publication de manuscrits inédits concernant Anvers était donc en principe le but premier de la nouvelle société.

vab,vereniging,antwerpen,antwerpse,vlaanderen,vlaamse,belgië,belgische,bibliofielen,boeken,boekgeschiedenis,boekwetenschap,boekverzamelaars,boekverzamelingen,verzamelaars,boekwetenschappers,boekhandelaars,uitgevers,passie,gedrukte,handgeschreven,bibliofilie,club,societeit,collecties,collectionneurs,manuscripten,tijdschriften,prenten,etsen,gravures,kranten,strips,BD,doodsprentjes,bidprentjes,postkaarten,affiches,drukplaten,bedevaartvaantjes,menu’s,verjaardagskaarten,tekeningen,brieven,kaarten,bierviltjes,computermanuals,drukpersen,lettertypes
L'association utilise ce logo depuis le début.

Dans le même temps, également sur l’insistance de Rooses et déjà défendu lors de la première réunion, un Bulletijn serait publié, dans lequel les procès-verbaux des réunions seraient inclus et distribués gratuitement aux membres.

Il est symptomatique que la toute première publication de l’association, déjà publiée en 1878, ait été fournie par Max Rooses: Livre tenu par Jan Moretus II , comme doyen de la Guilde de Saint Luc (1616-1617) , basé sur un manuscrit du Musée Plantin-Moretus.

Le Bulletijn est également apparu pour la première fois en 1878, mais n’a pas duré plus longtemps que 1886. Il a été publié en épisodes selon les exigences du moment et regroupé en deux parties (première partie: 1878-1881, 283 pages, y compris table des matières et index; deuxième partie: 1882-juin 1886, se terminant brusquement à la page 202). Outre les rapports administratifs et les rapports sur les travaux à publier, de nombreuses contributions intéressantes ont également été incluses sur l’histoire de l’imprimerie à Anvers (en grande partie par Rooses, bien sûr), qui ont fait du Bulletijn une véritable revue bibliophile et non juste le résultat administratif des activités d’une association bibliophile.

Si le Bulletijn a connu une mort douce en 1886, on ne peut pas en dire autant pour les éditions individuelles étant le but ultime de l’association. Pas moins de 28 volumes ont été publiés de 1878 à 1913, dont la plupart ne sont pas devenus de simples curiosités bibliophiles, mais des ouvrages toujours consultés et souvent utilisés avec beaucoup de gratitude. …
La «Maatschappij der Antwerpsche Bibliophilen» s’est ainsi montrée très active et très productive pendant les 35 premières années de son existence. Cependant, on a l’impression qu’après le premier élan, qui a duré près de dix ans, l’enthousiasme a commencé à décliner. Un premier affaiblissement qui peut se situer vers 1886, avec la disparition du Bulletijn, en soi moins une cause qu’un effet et un symptôme. (…)

Max Rooses

Les causes de cette déception ne peuvent être déterminées avec certitude, mais doivent sans aucun doute être recherchées dans la vie professionnelle de Rooses. Génard est l’un des initiateurs, mais il l’a probablement fait plus pour plaire à Rooses. En tout cas, il ne semble pas avoir joué un rôle important dans la vie de l’association par la suite. La véritable poussée résidait dans Max Rooses, aussi modeste qu’ait été sa position administrative en tant que membre du conseil d’administration (et après 1908 en tant que secrétaire). Mais ce que Rooses a produit comme publications scientifiques après 1878 frise l’incroyable – avec la conséquence qu’ il n’a plus trouvé l’opportunité de garder son idée aussi prospère que dans les premières années.
Quoi qu’il en soit, la Maatschappij der Antwerpsche Bibliophilen a continué à vivre et a même traversé la Première Guerre mondiale intact. Mais pas sans tensions. (…)
F. Donnet a pris l’initiative le 21 janvier 1920 (…) avec un petit groupe de personnes, dont il pouvait s’attendre à être sympathique à la cause des bibliophiles. Outre Donnet elle-même, G. Caroly, E. Van Heurck, A. Cornette et AJJ Delen ont participé à la réunion.

Maurits Sabbe, le nouveau conservateur du musée Plantin-Moretus, n’était pas présent, mais on y pensait certainement: l’assemblée a décidé de nommer Donnet comme président, Sabbe comme vice-président, Delen comme secrétaire, Van Heurck comme trésorier, Caroly, Cornette et P. Buschmann aux membres.

L’association a pu redémarrer – cette fois dans une ambiance francophone plus prononcée. Là où, entre 1877 et 1914, l’activité administrative s’était entièrement déroulée en néerlandais, de nos jours, les rapports et les livres de caisse étaient rédigés en français. Une nouvelle orientation dont Donnet et Van Heurck portent probablement la responsabilité principale, et qui prit fin en tout cas vers 1930, avec la nouvelle et complète percée du néerlandais.

Donnet a cédé la présidence à Sabbe en 1923, qui a immédiatement commencé un traitement de rajeunissement. Le nom de la société a été initialement changé de «Maatschappij der Antwerpsche Bibliophilen» à celui de «Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen». Cependant, l’innovation est allée bien plus loin qu’un simple changement de nom.

La publication de publications était l’objectif principal de la «Maatschappij der Antwerpsche Bibliophilen». De telles éditions séparées ont continué à apparaître, mais ont fortement diminué après 1925 et sont finalement devenues une exception majeure.

A partir de 1923, sous l’impulsion de M. Sabbe, l’accent est mis sur la publication d’un magazine, dont le nom “ De Gulden Passer ” indique clairement le lien avec le Musée Plantin-Moretus et souligne également ce qu’était le magazine en premier lieu : contributions liées au livre imprimé, en particulier à Anvers. Après 1923, l’action des «Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen» coïncidera pratiquement avec la publication de «De Gulden Passer. Le Compas d’Or ‘(titre bilingue, qui n’est devenu monolingue néerlandais qu’en 1938). Dans le même temps, la division obsolète entres membres correspondants et membres effectifs a pris fin.

Sabbe meurt en 1938 et l’association fait face à une autre crise grave, compliquée par la menace imminente de guerre. Le secrétaire-trésorier A. Dermul et les autres membres du conseil (…) ont fait ce qu’ils ont pu pour maintenir à flot l’association et assurer la continuité de De Gulden Passer. Après de nombreuses hésitations, le 13 février 1941, Dermul organisa une réunion à la bibliothèque de la ville (qui était le siège de la société pendant la guerre et jusqu’en 1950), au cours de laquelle l’association se retrouva à nouveau dotée d’une base administrative plus solide. (…)

Le dangereux fossé avait été comblé. Le «Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen» survivra également à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale. (…)

vab,vereniging,antwerpen,antwerpse,vlaanderen,vlaamse,belgië,belgische,bibliofielen,boeken,boekgeschiedenis,boekwetenschap,boekverzamelaars,boekverzamelingen,verzamelaars,boekwetenschappers,boekhandelaars,uitgevers,passie,gedrukte,handgeschreven,bibliofilie,club,societeit,collecties,collectionneurs,manuscripten,tijdschriften,prenten,etsen,gravures,kranten,strips,BD,doodsprentjes,bidprentjes,postkaarten,affiches,drukplaten,bedevaartvaantjes,menu’s,verjaardagskaarten,tekeningen,brieven,kaarten,bierviltjes,computermanuals,drukpersen,lettertypes
Le premier numéro

La vie de l’association au cours des 30 dernières années n’a pas été facile. Face à la hausse des coûts d’impression, ce n’était pas une tâche facile de maintenir De Gulden Passer vivant et d’apporter une édition spéciale dans l’esprit initialement prévu par Max Rooses. Cela signifiait et signifie toujours un effort incessant pour la gestion au jour le jour pour s’assurer que le nombre de membres s’accroît, que les fonds arrivent de n’importe quelle manière (honorable) et que ces revenus excèdent les dépenses.

Entre-temps, plus de 40 ans se sont écoulés et beaucoup de choses se sont passées.
Le but de l’association était de publier des documents d’archives et des manuscrits relatifs à l’histoire d’Anvers et de publier des éditions rares en fac-similé. L’association pouvait compter sur le soutien de nombreux administrateurs actifs, dont Marcus de Schepper, Jeanine de Landtsheer, Pierre Delsaerdt, Elly Cockx et Fons Thijs.

Afin de favoriser les contacts entre ses membres, l’association organise depuis 1993 des excursions dans des collections spéciales de livres en Belgique et à l’étranger, et le fait encore aujourd’hui. Le premier voyage a conduit les participants à l’exposition Gheraert Leeu à Gouda. Plus tard, des visites ont été faites à la Dombibliothek de Hildesheim, aux bibliothèques privées de Loppem et Marke, aux bibliothèques du séminaire de Liège et de Bruges, à la Bibliotheca Thysiana de Leyde et à la Stiftsbibliothek de Xanten.

Littérature: Carel Debaive, «La Vereeniging der Antwerpsche Bibliophilen» et son orgue, «De Gulden Passer» », in Wetenschappelijke Tijdingen , 6 (1941), col. 166-168, 177-188 (également publiés séparément); Leon Voet, «Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen» cent ans. 1877-1977 ‘, dans De Gulden Passer , 56 (1978) p. 8-20 (également publié séparément).